Archives Mensuelles: décembre 2014

Cohue

Les insectes grimpent mes veines
S’abreuvant de leur saillance
Leurs pattes me rouant de coups

L’enfant de coeur sonne la cloche
Le curé défonce la porte
Faux désir goûte à tout
Pure absence de couleur

Le feu descend la branche
Les bourgeons crient l’hérésie
Le coeur brûle-t-il plus que la fumée?

Sur mon perchoir de marbre noir
Mes cellules bouillonnent d’existence
Jouons au chat et à la souris
Avec les parasites d’en haut

Ferme-moi la porte sur le visage
Caresse l’échafaud avec patience
Le temps qu’explose sa nature

Écrit il y a plusieurs mois, retrouvé par hasard…